À la recherche de Daniel

C’est une journée de travail typique pour Sébastien Dussault, conseiller du programme Suivi intensif en itinérance (SII) de la Mission Old Brewery. Aujourd’hui, Sébastien accompagnera Alexis Thibault, médecin résident du programme en psychiatrie du CHUM. Ils partent ensemble à la recherche de Daniel .

Alexis suit Daniel depuis six semaines. Il sait où le trouver. Il est 11 heures du matin. « Nous devons partir maintenant, avant qu’il ne change de place », dit Alexis.

Ils arrivent à la Place des Arts et aperçoivent Daniel à l’intérieur du complexe. Il lit calmement un livre sur un banc. Alexis explique que Daniel préfère être seul et n’aime pas se retrouver dans les zones bondées. Le personnel de sécurité connaît également Daniel et le laisse s’asseoir et lire ses livres, car il ne dérange personne.

On pourrait s’attendre à trouver un homme d’un certain âge, avec les cheveux gris, des sacs de plastique et peut-être un chariot rempli d’objets ramassés dans la rue. Cependant, Daniel ne semble pas avoir plus de 35 ans et avec sa barbe épaisse et son sac de sport pour ses affaires personnelles, il ressemble plus à un collégien qu’à quelqu’un qui vit dans la rue.

Alexis et Sébastien s’approchent de Daniel et se présentent. Malgré leurs nombreuses et récentes conversations, Daniel ne reconnaît pas Alexis et il semble même surpris qu’Alexis l’appelle par son nom.

Daniel est itinérant depuis quatre ans, mais sa maladie mentale a commencé il y a environ dix ans, au cours de ses études universitaires.

Après lui avoir demandé poliment s’ils pouvaient s’asseoir à côté de lui, ils mentionnent certains des services qui pourraient l’aider.

Après les avoir écoutés attentivement, Daniel se lève et s’éloigne. Il semble confus.

Daniel croit qu’il est toujours étudiant à l’université, qu’il a un appartement et qu’il visite sa famille tous les soirs.

En réalité, Daniel dort dehors dans un coin derrière un restaurant. Il n’a pas fréquenté l’université depuis plus de dix ans. Il a perdu tout contact avec sa famille et avec le monde qui l’entoure.

« Il vit dans un monde parallèle – il pense que c’est moi qui ai des problèmes de santé mentale », affirme Alexis, expliquant l’état de Daniel.

Un aspect crucial du travail de sensibilisation des personnes en situation d’itinérance chronique aux prises avec des problèmes de santé mentale comprend l’aide pour leur permettre de reconnaître leur maladie. Cette tâche est parfois plus facile à dire qu’à faire. Dans des cas extrêmes, comme celui de Daniel, cela peut être impossible. Malheureusement, vivre dans la rue peut être fatal.

Pour des cas rares comme celui-ci, la prochaine étape de l’équipe SII est de demander un mandat judiciaire. Un juge déterminera si Daniel doit être hospitalisé. Si le mandat est accordé, Daniel sera placé sous traitement supervisé.

Une fois son état mental stabilisé, il pourra entrer dans le programme SII de la Mission et bénéficier d’un soutien psychosocial et médical, d’un endroit rassurant pour dormir et de repas nutritifs. Les conseillers de la Mission Old Brewery l’aideront aussi dans sa transition vers un logement stable et une réinsertion dans la société.

D’ici là, les recherches pour trouver Daniel se poursuivent.